Le marché immobilier aixois est stable mais reste… élevé !

Aix-en-Provence bénéficie d’une réputation mondiale pour diverses raisons :
son patrimoine exceptionnel, architectural (dont ses cossus hôtels particuliers baroques, ses fontaines, places et monuments), naturel (elle est située au centre du Pays d’Aix, de jolis villages, dessiné par la montagne Sainte-Victoire, le Val de Durance, les chaînes de la Touloubre, les Côtes de la Trévaresse, la Haute vallée de l’Arc) et culturel (entre autres, les festivals d’art lyrique et de Pâques, le Pavillon noir, les divers artistes qui ont pu y naitre ou résider tel Paul Cezanne …), mais également du fait de son art de vivre et son climat.
La ville d’Aix se distingue aussi par l’université d’Aix-Marseille, un pôle universitaire pluridisciplinaire puissant qui se renouvèle sans cesse. L’opération campus lancées par l’état a ainsi permis à la ville et son université de connaitre un certain renouveau en rénovant les bâtiments existants et en créant de nouveaux. Cela permet ainsi à Aix de se positionner comme l’université francophone la plus importante du monde avec plus de 70.000 étudiants.

Le marché de l’immobilier à Aix-en-Provence, ville la plus chère des Bouches-du-Rhône a fortement évolué au cours de ces 10 dernières années.  Voir site la Provence.
En effet, Depuis le début des années 2000, la vente de propriétés autour d’Aix-en-Provence a fortement augmenté et ainsi entrainé une hausse des prix conséquente allant jusqu’à un doublement des prix entre le début des années 2000 et les années 2O10 – 2012 sur la plupart des biens de qualité. Par la suite, les prix ont commencé à chuter et, entre 2012 et 2016, on a pu observer un écart de valeur d’environ 30% pour les mêmes propriétés. Cette chute s’explique notamment par la fuite des acquéreurs étrangers (notamment belges, anglais) préférant investir dans d’autres pays. Nous conseillons cette agence immobilière pour une maison à vendre aix en provence.
Pour ce qui est du centre historique d’Aix, l’évolution des prix est toute différente. En effet, malgré un ralentissement de la croissance des prix voir une baisse sur la plupart des biens autour d’Aix, les prix dans le centre n’ont cessé d’augmenter sur les dernières années. Cela s’explique notamment par le fait que les biens dans le centre historique s’ont peu nombreux et que le nombres d’acquéreurs potentiels demeure élevé. En effet, les clients français (notamment parisiens) en recherche d’un pied à terre, d’une résidence secondaire dans le sud de la France ont tendance à privilégier le centre d’Aix et ainsi entrainent une hausse des prix notamment sur les petites surfaces aixoises (entre 40 et 100 m2). Ainsi, il n’est plus étonnant d’observer des transactions supérieurs à 7.000 euros le 2 pour des biens situés dans des secteurs privilégiés (quartier Mazarin, évêché, Cours Mirabeau) du centre de la ville. De même, les résidences de standing disposant d’un accès piéton à la ville ont vu leur prix sensiblement augmenté (allant jusqu’à 10.000 euros le m2).
A l’inverse, les appartements anciens autour d’Aix ont, eux aussi, connu une baisse de prix. Cela s’explique notamment par le passage du POS au PLU approuvé en juillet 2015, qui entérine la volonté de densifier les zones déjà habitées et de préserver les espaces naturels. ” Les terrains à bâtir destinés aux constructeurs individuels sont de plus en plus rares sur Aix même. En revanche, la périphérie s’est rapidement couverte de nombreuses grues “, indique Eric Barrande, de la chambre départementale des notaires. On construit essentiellement à Pont-de-l’Arc, à Luynes, La Constance, La Duranne et avenue du Club-Hippique. Ainsi, la plupart des appartements en vente à la périphérie d’Aix construits dans les années 60 – 70 se retrouvent en concurrence avec des logements neufs, ce qui entraine une logique baisse de prix pour les premiers géneralement vétustes et devant faire face à des travaux de réhabilitation.