Comment choisir un défibrillateur ?

La loi autorise le grand public à utiliser un défibrillateur automatisé, mais comment le choisir quand on n’est pas un professionnel de la santé ? Voici nos conseils.

DEA ou DSA ? Tout dépend de l’utilisateur

Il existe deux types de défibrillateurs automatisés : le DSA ou défibrillateur semi-automatique et le DEA ou défibrillateur automatique. Ces deux types d’appareils ne diffèrent que par un point : le mode d’administration du choc électrique. Dans le cas d’un DSA, la décharge électrique n’est administrée que si l’utilisateur du défibrillateur appuie sur le bouton destiné à cet effet. L’utilisateur a donc un certain contrôle sur la situation puisqu’il décide lui-même du moment idéal pour envoyer le choc électrique. Le DSA convient aux équipes de secouristes ou toute autre personne formée initialement à la défibrillation, car il leur laisse une marge de manœuvre dans leur activité de sauvetage.

Comme son nom l’indique, le DEA est entièrement automatique. À l’inverse du DSA, l’utilisateur de ce type de défibrillateur n’a aucun contrôle sur l’envoi de la décharge électrique. Si l’appareil déduit que l’envoi d’un choc électrique est indispensable, il le déclenche automatiquement. Ce type de défibrillateur convient davantage à un usage grand public. Comme il n’y a aucun bouton à appuyer, cela réduit considérablement le niveau de stress de l’intervenant ainsi que le frein psychologique qui peut entrainer une hésitation ou une erreur au moment du sauvetage.

La fonctionnalité de l’appareil, un autre critère de choix

L’autre critère de choix du défibrillateur est la puissance de choc qu’il délivre. Pour remettre le cœur d’un adulte en marche, il faut au moins une puissance de choc de 150 joules, un peu plus si la personne est de forte corpulence. Pour que l’appareil soit opérationnel et efficace, il est indispensable de le choisir avec une puissance de choc de 200 joules pour le premier choc et jusqu’à 350 joules pour le second choc. Ainsi, vous avez l’assurance qu’il peut couvrir aussi bien les besoins d’une personne de 50 kg que d’une autre de 100 kg.

Avant d’acheter un défibrillateur, il faut aussi s’assurer qu’il soit compatible avec l’environnement auquel il est destiné. Si le défibrillateur est principalement utilisé dans des chantiers ou des zones humides, il est conseillé de choisir un modèle spécialement conçu pour les environnements difficiles. Ces produits sont plus robustes et résistent aux éclaboussures, ce qui réduit les risques d’électrocution en cas de contact avec l’eau.

Voici une démonstration d’un défibrillateur cardiaque :

Les points à vérifier avant d’arrêter son choix

Un défibrillateur est un appareil qui n’est pas conçu pour un usage intensif. Il se peut qu’il ne soit utilisé que plusieurs mois après son acquisition. Par contre, au moment de l’utiliser, chaque seconde compte, aussi faut-il s’assurer de disposer d’un produit en bon état de fonctionnement au moment voulu. Pour ne pas avoir de mauvaises surprises, il est conseillé de regarder la fréquence des autotests du défibrillateur. Cette fréquence varie en fonction des modèles et des marques. Chez certains, l’autotest qui garantit le bon fonctionnement de l’appareil s’effectue quotidiennement, chez d’autres, il n’a lieu que toutes les semaines ou tous les mois. Avant d’acquérir un défibrillateur, il faut aussi s’enquérir de la durée d’autonomie de la batterie. D’une manière générale, la batterie du défibrillateur ne se décharge qu’après 200 ou 300 chocs, si le modèle affiche une durée d’autonomie au-deçà de ces nombres de chocs, il faut se méfier. Avant d’arrêter son choix sur un défibrillateur, il faut aussi s’assurer que le produit soit livré avec les accessoires standards comme les cartouches d’électrodes et la batterie de secours.

En savoir plus sur : https://www.le-defibrillateur.com/